Peut-on utiliser une huile végétale périmée ?

On a presque toutes eu affaire à cette situation : on veut utiliser une huile végétale pour nourrir son visage ou son corps, et on se rend compte que la date de péremption est dépassée. Mais, une huile végétale périmée représente-t-elle un danger ou sera-t-elle simplement moins efficace ? On répond à ces questions pour vous éviter de mauvaises surprises !

Est-ce qu'une huile végétale se périme, et comment le savoir ?

Pour les produits cosmétiques, on est le plus souvent face à une DLUO, c'est-à-dire une Date Limite d'Utilisation Optimale. Cela signifie que si l'huile végétale ou l'huile essentielle est ouverte ou utilisée après cette date, alors elle ne dispose plus des mêmes propriétés et n'est plus aussi efficace. 

Il faut différencier cette information de la PAO (Période Après Ouverture), qui indique combien de temps on peut conserver une huile végétale après sa première ouverture. Cette indication est exprimée en mois et se retrouve dans un petit logo évoquant une boîte avec un couvercle ouvert.

Avec ces deux données sur la durée de conservation, on peut ainsi savoir à partir de quel moment une bouteille d'huile végétale est considérée comme périmée.


Mais il faut également faire confiance à ses sens : lorsque les conditions de stockage ne sont pas optimales, que l'huile n'est pas conservée à l'abri de la lumière par exemple, il se peut qu'elle se périme plus vite. On peut notamment le constater à l'odeur ou à la formation de petits grumeaux dans l'huile.

huile végétale bio pour le visage

Est-il dangereux de se servir d'une huile essentielle près sa date de péremption ?

Plusieurs questions reviennent souvent sur les huiles végétales : peut-on utiliser une huile végétale de coco périmée ? Est-ce dangereux pour la peau et pour la santé d'utiliser une huile de jojoba qui a dépassé la date de péremption ? Doit-on respecter à tout prix la DLUO pour ses huiles essentielles et végétales, etc. ?

La réponse est en demi-teinte quand on se demande si on peut utiliser une huile végétale périmée : puisqu'il s'agit d'un DLUO et non d'une Date Limite de Consommation (DLC), l'usage du produit après la date n'est pas censé être nocif. La principale caractéristique d'une huile périmée, c'est qu'elle perd en efficacité avec l'oxydation et qu'elle risque de devenir comédogène

L'oxydation peut également faire varier la texture et l'odeur de votre huile végétale. Cela ne présente pas de danger à proprement parler, mais peut rendre l'utilisation de votre huile bien moins agréable.

Ce qui est plus problématique, c'est qu'après l'ouverture du flacon ou de la bouteille d'huile, il se peut que des micro-organismes prolifèrent dans le produit. S'ils ne sont pas tous néfastes, certaines présentent tout de même des risques d'allergies, de boutons, etc. C'est pourquoi il est recommandé de ne pas continuer à utiliser une huile périmée dès que vous constatez la moindre anomalie sur votre peau.

Comment faire pour optimiser la durée de conservation d'une huile végétale ?

Pour éviter qu'une huile périme prématurément, il faut simplement suivre les recommandations des fabrications. Chaque bouteille d'huile végétale comporte des conseils de conservation, permettant de ralentir son oxydation naturelle. Il faut par exemple stocker une huile à l'abri de la lumière et de la chaleur, bien refermer le bouchon après chaque utilisation, etc.
Les huiles les plus sujettes à l'oxydation (ex. : chanvre, nigelle, noisette) doivent quant à elles être placées au réfrigérateur. 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés