Labels de cosmétiques bio : comment les obtenir ?

L’essor du bio dans l’univers de la cosmétique et du bien-être a entrainé la création de différents labels et certifications. Respect de l’environnement, procédés de fabrication écologiques, emballages recyclables, etc., les exigences diffèrent en fonction des organismes certificateurs. Quelle est la différence entre un label et une certification ? Pourquoi obtenir un label cosmétique bio ? Cosmos, Cosmetic Organic, Cosmetic Natural ou encore Nature & Progrès, ils témoignent de l’engagement des marques pour une cosmétique plus durable. Comment obtenir le label cosmétique bio ? Délivré par des entités indépendantes, le label cosmétique bio est une démarche volontaire qui certifie la qualité et la conformité d’un produit de beauté au regard d’un cahier des charges très strict.

Qu'est-ce qu'un label cosmétique ?

Labelliser un produit : le label

Pour une marque de cosmétique, l’obtention d’un label certifie la qualité d’un produit ou d’une gamme de produits. Délivré par un organisme public ou privé, il regroupe un ensemble d’exigences décrites dans un cahier des charges. Pour l’obtenir, la procédure doit être stricte, objective et impartiale, et appliquée par une entité indépendante et rigoureuse. Popularisés par le développement du bio, de nombreux labels ont vu le jour ces dernières années. Cependant, tous ne se valent pas. Comment obtenir le label cosmétique bio ? En théorie, les démarches de remise d’un label sont moins exigeantes qu’une certification. En pratique, chaque organisme possède sa propre réglementation et peut avoir un cahier des charges très sévère.

Être reconnu comme bio : la certification

Par définition, la certification atteste de la qualité et de la conformité d’un produit ou d’une gamme de produits en fonction de paramètres réunis dans un cahier des charges. Son obtention, régie par des règles strictes, témoigne de l’engagement d'un producteur de cosmétiques bio pour un monde plus durable. L’organisme certificateur doit être indépendant et répondre aux exigences de la norme ISO/IEC 17065 datant de 2012 (mise à jour en 2018). En France, ce processus est encadré par le Code de la consommation.

certifications cosmétiques bio

Cosmétiques bio : les différents labels, chartes et certifications

Pourquoi obtenir un label cosmétique bio ?

L’obtention d’un label de cosmétique bio est une démarche volontaire qui témoigne du respect d’un ensemble de paramètres spécifiés dans un cahier des charges. Pour une marque de beauté, c’est l’opportunité de promouvoir les valeurs qui lui tiennent à cœur. Par ailleurs, la présence du logo tant convoité valorise les produits et établit un lien de confiance avec les consommateurs. Enfin, si l’obtention d’un label de cosmétique bio possède une forte dimension marketing, il certifie également l’engagement de la marque pour les enjeux qui lui sont importants (respect de l’environnement, procédés de fabrication écologiques ou cruetly free, ingrédients issus de l’agriculture biologique, absence d’OGM, etc.).

Produits de beauté : Ecocert et la certification Cosmos

Fondé il y a une trentaine d’années, le groupe Ecocert est un organisme à l’origine de nombreuses certifications et labels. Dès 1980, il promeut l’agriculture biologique à travers le respect de l’environnement et de la biodiversité. Dix ans plus tard, le groupe Ecocert est créé en réponse à l’essor du mouvement bio. Il délivre des certifications en France et à l’étranger. Depuis 2002, il accompagne les marques de cosmétiques qui souhaitent s’inscrire dans une démarche écoresponsable grâce à la certification Cosmos.


La certification Cosmos s’adresse aux produits de beauté composés d’ingrédients issus de l’agriculture biologique ou d’origine naturelle. Le respect des exigences de son cahier des charges (référentiel Cosmos) garantit que :

  • les processus de transformation s’effectuent dans la protection de l’environnement et la préservation de la santé ;
  • les produits ne contiennent pas d’éléments issus de l’industrie pétrochimique ;
  • la liste des ingrédients favorise le développement de la chimie verte ;
  • les matières premières utilisées sont sourcées de façon responsable ;
  • la composition est respectueuse de la biodiversité et ne contient pas d’OGM ;
  • l’emballage proposé (si présent) est recyclable a minima.

Cosmos Natural et Cosmos Organic : les logos Cosmebio

Grâce à son référentiel des cosmétiques bio et naturels, Cosmebio s’engage à valoriser les produits formulés à base d’ingrédients issus de l’agriculture biologique ou naturels. L’association délivre trois labels différents, à savoir :

  • le logo Cosmétique Bio ;
  • le logo Cosmos Natural ;
  • le logo Cosmos Organic.


Le logo Cosmétique Bio répond aux exigences du premier cahier des charges créé par l’association. Pour y prétendre, le produit évalué doit contenir 95 % d’ingrédients d’origine naturelle sur la totalité de sa composition. Les végétaux doivent être issus à 95 % de l’agriculture biologique. À noter que l’eau et les minéraux sont considérés comme étant des éléments naturels, mais non bio.

label cosmos organic cosmebio

Le logo Cosmos Natural respecte le cahier des charges COSMOS. Ainsi, le produit analysé doit être formulé avec au moins 95 % d’ingrédients d’origine naturelle, tout en limitant l’utilisation de substances chimiques ou issues de l’industrie pétrochimique. L'eau et les minéraux sont compris dans l'étude. 


Le logo Cosmetic Organic bannit les ingrédients issus de l’industrie pétrochimique. Les produits titulaires de ce logo contiennent près de 95 % d’ingrédients d’origine naturelle (dont 20 % sur la composition totale), 95 % d’ingrédients bio sur le total des éléments pouvant l’être (huiles végétales, huiles essentielles, extrais de plantes, cire d’abeille, etc.).

Nature & Progrès, une mention 100 % naturelle

Créée en 1964, l’association Nature & Progrès accompagne les marques qui développent des cosmétiques plus respectueux de l’environnement, des hommes et de la diversité. Rattaché au label Agriculture Biologique, l’entité prend son indépendance en 1993 avec la volonté de préserver ses valeurs. Depuis 1978, la mention Nature & Progrès s’adresse à toutes les marques dont les produits de beauté sont :

  • sans OGM, composés d’ingrédients naturels, sans substances chimiques (conservateurs, colorants de synthèse, perturbateurs endocriniens, etc.) ;
  • réalisés avec des processus artisanaux, dans le respect des cycles de la nature ;
  • conçus dans des structures à taille humaine, qui valorisent l’entraide et le circuit local.

L’écolabel européen

Comme son nom l’indique, l’écolabel européen est reconnu en France et en Europe. Créé en 1992 par la Commission européenne, il s’applique aux cosmétiques qui s’engagent à limiter leur impact sur l’environnement, tout au long de leur cycle de vie. Ainsi, il régit les procédés de fabrication, la source des matières premières, le type de culture, la composition finie, la biodégradabilité des ingrédients ou encore l’écoconception de l’emballage.


Cette liste est loin d'être exhaustive ! À ce jour, il existe de nombreuses certifications, avec des avantages et des inconvénients. On citera notamment Qualité France, délivrée par l'organisme certificateur Bureau Veritas ou encore Natrue.

écolabel européen

Comment obtenir le label cosmétique bio ?

Étape 1 : la demande de labellisation

Pour obtenir une certification ou un label éco, la première étape est d’en faire la demande auprès d’un organisme accrédité. Dans un souci d’impartialité et de rigueur, l’association ou l’entreprise à l’origine de la mention ne peut pas les délivrer directement. Ainsi, ils font d’appel à des bureaux d’études indépendants qui vont auditer le ou les produits à labelliser. Avant de commencer le processus de certification, il s’agit de vérifier que les produits d'hygiène ou de beauté à évaluer sont bien considérés comme des cosmétiques.

Étape 2 : le respect du cahier des charges et des pourcentages

Les organismes certificateurs sont chargés de vérifier que le ou les produits respectent toutes les exigences du cahier des charges. De son côté, la marque fournit la composition détaillée de chacun des produits à certifier, y compris les dosages, les fournisseurs, les ingrédients, etc. Sur la base de ces documents, le certificateur vérifie la formule, l’étiquette et les matériaux utilisés pour le conditionnement du produit.


Si le résultat de cette phase est concluant, l’organisme certificateur procède à l’audit des sites de production. Stockage des matières premières, propreté des locaux, qualité de l'eau et des ingrédients, machines et produits utilisés, etc., tout est analysé dans les moindres détails. Même les outils de communication avec les consommateurs font l’objet de contrôles !

Composition INCI bio respectant le cahier des charges

Étape 3 : la clôture du processus de certification

Comment obtenir le label de cosmétique bio ? Une fois les deux phases de l’audit réalisées, les résultats sont transmis à l’organisme certificateur. Sur la base de ces résultats, ces derniers valident ou non, l’obtention du label de certification. Si le cahier des charges est respecté, il délivre un certificat qui atteste la qualité et la conformité des cosmétiques évalués. Généralement, un contrôle est effectué tous les ans pour vérifier la validité du label ou de la certification.


Depuis quelques années, les certifications et labels fleurissent dans le domaine de la cosmétique naturelle. Ecocert, Cosmebio ou encore Nature & Progrès, de nombreuses associations ou entreprises proposent leurs propres labels ou certifications. Comment obtenir le label de cosmétique bio ? Indépendants, les organismes certificateurs sont chargés de vérifier la conformité et la qualité des produits de beauté à certifier. Une démarche volontaire qui permet aux marques de se démarquer des cosmétiques conventionnels et de créer un lien de confiance avec les consommateurs !

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés